GOUVERNER, C’EST PREVOIR !

La ville a débattu lors du Conseil municipal du 9 mars des grandes orientations budgétaires pour l’année 2016 et votera son budget à l’occasion du prochain Conseil municipal. Si la loi permet de voter ce budget aussi tardivement, il serait sans aucun doute plus sérieux et professionnel à l’avenir, comme cela se pratique partout ailleurs, d’engager une nouvelle année en connaissant les grands équilibres et arbitrages financiers.

Les tendances des finances de notre ville sont les mêmes que ces dernières années : baisse des dotations de l’Etat, augmentation de la péréquation, nouvelles charges imposées aux communes…

Cependant, la création de la Métropole du Grand Paris et du nouveau territoire POLD font peser sur Puteaux de nouvelles contraintes financières à court terme, réduisant sa marge de manœuvre budgétaire. C’est dur, bien sûr. Mais voyons-y  aussi une opportunité pour un nouveau dynamisme : nos villes, qui gardent de gros moyens, peuvent désormais réfléchir à toute une série d’initiatives communes porteuses d’innovations et d’économies d’échelles au lieu de vouloir faire tout toutes seules.

Au lieu de cela, le rapport d’orientation budgétaire de la majorité ne met pas en perspective ces nouveaux enjeux tout en demeurant très partiellement chiffré et succinct sur la cohérence globale de la stratégie conduite. Il ne répond pas aux exigences d’un document qui devrait proposer un exercice de prospective budgétaire intégrant la programmation financière pluriannuelle et le programme pluriannuel des investissements.

Nous espérons, pour la présentation du budget au prochain conseil municipal du 8 avril, disposer d’informations précises et détaillées sur ces points essentiels pour l’avenir de Puteaux.

L’heure est désormais à l’anticipation, l’évaluation, l’audace et l’imagination : que les élus y prennent leur part, y compris à Puteaux !

Christophe Hautbourg

 

 

Cet article a été publié dans A la une, Articles. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.